La base pour être en rythme au piano

Aujourd’hui je voudrais aborder avec vous une chose essentielle pour être en rythme au piano. Je parle vraiment d’une base première, celle que tout musicien doit pouvoir maîtriser, et celle que vous allez pouvoir acquérir avec un peu d’entraînement et de méthode. Grâce à elle, le rythme deviendra une réalité physique et pas seulement intellectuelle. Je vous explique pourquoi et comment.

la base pour être en rythme au piano : la pulsation

Difficultés possibles pour être en rythme

Je n’arrive pas à être en rythme au piano

Variété des combinaisons

Il existe une infinité de combinaisons rythmiques possibles, surtout lorsqu’on considère le rythme de chacune des mains ensemble. La compréhension et le découpage des valeurs peut donc prendre énormément de formes et varier autant en niveaux de difficultés.

Je le sais, mais j’y arrive pas

Outre cette variété de combinaisons rythmiques qui peut poser problème de décodage ou de compréhension, il y a plus fondamentalement la difficulté à être en rythme. Concrètement, même en connaissant la musique que vous voulez jouer, vous n’êtes pas en rythme parfois. Comment cela se fait-il ?

Je ne connais pas les notes

La première intuition pour répondre à cette question serait de penser que vous ne connaissez pas les notes. En effet, comment être en rythme, c’est-à-dire enchaîner les notes de manière fluide, si vous ne savez pas précisément où doivent-aller vos doigts ? Cela semble assez logique, et s’avère vrai dans une certaine mesure.

Pour être en rythme, il faut travailler en rythme…. Quoi ??

Dans une certaine mesure seulement car, en réalité, pour les apprendre ces notes, vous devriez pouvoir les travailler en rythme ! Ah oui, c’est le serpent qui se mord la queue (et nous on se prend surtout la tête). Ça vous énerve ce genre de situations ?

Une zone de floue à franchir pour enfin commencer à être en rythme

Je vais vous donner mon analyse et ma solution pour vous aider à franchir ce pas. Si vous êtes dans ce cas comme je l’ai constaté pour certains de mes élèves, vous êtes dans une zone de floue de laquelle il faut sortir.

C’est seulement par la suite que vous commencerez à vraiment apprendre le rythme, c’est-à-dire intégrer une à une les différentes formules rythmiques que vous rencontrerez sur votre parcours, en fonction des morceaux que vous souhaitez apprendre.

1ère étape : ressentir la pulsation pour être en rythme

Voilà donc la base de la base qu’il faudra acquérir : sentir la pulsation. Je vais vous expliquer pourquoi et comment. Si jamais c’est déjà le cas pour vous, vous pourrez appliquer plus vite la seconde étape.

C’est quoi la pulsation ?

La pulsation c’est cette régularité de battement interne qui vous permet de frapper dans vos mains sans pause de manière stable et calme. En résumé c’est quand vous battez dans vos mains ou avec vos pieds.

Mais ce battement doit être profondément régulier. Cette régularité, vous devez LA SENTIR. J’insiste, car souvent, ceux qui ont du mal à la sentir, ont également du mal à la chercher en eux. Et moins ils la cherchent, moins ils la trouvent forcément !

Le métronome

Bien sûr vous pourriez vous servir d’un indicateur extérieur. Cela peut être utile à moindre mesure pour vérifier, ou vous servir de béquille pendant un cours laps de temps.

Mais ce n’est pas parce que vous arrivez à copier le battement du métronome que vous aurez intégré une pulsation, c’est à dire un battement régulier et stable.

Un repère intérieur

Nous avons tous un cœur qui bat et tout un tas de mouvement et de mécanique corporelle interne dont nous n’avons même pas conscience. Évidemment, ces battements et cette mécanique n’est ni linéaire, ni identique chez tout le monde. Mais cette régularité est propre à notre intériorité.

Rythme senti vs rythme pensé

Il est essentiel de partir de cette stabilité interne de pulsation avant de commencer à vouloir faire ou être en rythme. Sinon, ces rythmes resteront des abstractions mentales qui vous apparaîtront comme des formules de mathématiciens ennuyeux ou étrangers. Alors que c’est tout l’inverse : le rythme est l’expression de votre vie interne, pas d’une contrainte extérieure.

Travailler le ressenti de la pulsation

Si vous n’arrivez donc pas à sentir une pulsation en vous, voilà comment vous pouvez travailler :

Vous allez simplement battre sur vos jambes avec vos mains. Mains séparés ou ensemble, peu importe. Variez.

Cherchez la certitude de la régularité de votre pulsation en vous. Plus vous douterez de la trouver, moins elle sera présente. Mais vous verrez que cela peut aussi venir très vite.

Si ce travail est nouveau, il faudra peut-être le refaire régulièrement. Mais cela s’intégrera dans votre corps au bout d’un moment et vous n’aurez plus d’effort à faire pour le sentir 🙂

Battez donc régulièrement sur vos jambes et cherchez cette certitude de régularité. Ne vous demandez pas si quelqu’un peut venir vérifier votre régularité. Ne vous appuyez pas trop sur le métronome.

Oubliez l’idée que vous pouvez vous tromper sans le savoir et qu’il vous faut une correction extérieure. Concentrez-vous sur votre sensation.

Lorsque vous doutez, c’est que vous n’êtes pas assez stable, à la fois rythmiquement, et émotionnellement. Si vous SENTEZ que vous êtes régulier, si vous en êtes certain(e), alors vous l’êtes 🙂

2ème étape : être en rythme grâce à la pulsation

Une fois que vous avez mis le doigt intérieur sur votre pulsation, vous allez pouvoir la travailler. Voyons voir quelques possibilité pour renforcer cette sensation et l’ancrer davantage.

Variations et entraînement de la pulsation

Arrêts / reprises

La première chose consistera à arrêter puis reprendre la pulsation. Pour vérifier si vous pouvez la retrouver rapidement.

Mains ensembles et séparés

Vous pouvez également varier les mains : main gauche, main droite, les deux mains. Attention, pour l’instant on n’est que sur un battement unique régulier. Donc les deux mains feront exactement la même chose, ensemble ou séparément.

Différentes vitesses de pulsation

Plus difficile mais plus intéressant : variez la vitesse. En général, après avoir trouvé une pulsation, il vous sera difficile de trouver une vitesse vraiment différente par vous-même. Mais si vous y arrivez, c’est très bon signe.

Sachez que plus vous battez lentement, plus cela est difficile mais aussi formateur. Je vous conseille vérifier que vous êtes capable de le faire aussi bien lent que rapide, mais de travailler davantage dans la lenteur.

60 bpm au métronome me semble être une bonne valeur pour travailler la lenteur. Mais soyez libre de choisir celle qui vous semble le mieux. Ne gardez pas le métronome allumé pendant que vous cherchez la pulsation, ou alors juste pour commencer, sinon votre attention sera détourné vers l’extérieur.

La base du rythme

Maintenant que votre pulsation est vraiment ancrée, stable et souple, vous allez pouvoir commencer à pratiquer la base du rythme.

Utilisez la pulsation pour être en rythme

Pour cela, faites cet exercice simple :

Battez votre pulsation main gauche. Calme et lente, qui soit facile pour vous. On va dire qu’elle correspond à une noire. Sur cette pulsation, vous allez battre main droite des croches.

Alternez des séries de croches main droite et des arrêts. Pendant les arrêts vous devez sentir votre main gauche imperturbable qui continue les noires.

Une fois cet exercice réussis, remplacez les arrêts main droite par des noires. C’est-à-dire alternez noire et croches main droite, toujours en ayant pour objectif une pulsation de noire imperturbable main gauche.

Des valeurs senties et plus seulement pensées

Ainsi ces valeurs “croches”, “noires”, etc. seront des valeurs senties en vous, par rapport à cette pulsation. Petit à petit vous en acquerrez une réalité physique et non plus seulement mentale.

Savoir lire et comprendre les formules rythmiques

Une fois que vous avez acquis cette base interne, vous pouvez alors utiliser le décodage intellectuel des formules rythmiques que vous rencontrez pour les intégrer en vous, dans votre corps. Tout ça grâce à la pulsation.

En effet savoir qu’une croche vaut la moitié d’une noire ou le quart d’une blanche ne vous servira à rien si cela ne vous parle pas intérieurement. Le meilleur moyen pour le savoir sera TOUJOURS de le battre.

Être en rythme directement au piano : attention au piège

Le piège est de vouloir retrouver au piano le rythme grâce à l’oreille. Penser qu’on pourra se servir de notre mémoire musicale pour retrouver le rythme, tout simplement parce qu’on se dit : je l’ai déjà entendu, je dois bien pouvoir le retrouver.

Si c’est le rythme que vous souhaitez travailler, je vous garantie que vous perdrez énormément de temps à faire comme ça. Tout simplement car que vous jouiez au piano, sur vos jambes, sur un instrument à percussion ou quoi que ce soit, c’est le rythme senti qui comptera.

Travailler le rythme directement au piano détourne votre attention interne vers le résultat musical externe, et vous empêche de vous concentrer sur cette pulsation intérieure.

Attention tout de même : je parle ici de vrais problèmes de rythme. C’est-à-dire lorsqu’on n’arrive pas à sentir le rythme et que cela nous semble floue. Lorsqu’on maîtrise déjà bien cette histoire de pulsation et qu’en plus, on connaît suffisamment nos valeurs de notes pour décoder correctement les formules. Alors oui bien sûr, le travail peut se faire directement au piano.

Décoder les différentes formules rythmiques à partir de la pulsation

Pour aller plus loin, il ne vous reste plus qu’à tester cette méthode sur les formules que vous rencontrez dans vos morceaux.

Pour cela, je vous conseille de lire ou relire mon article qui indique comment lire un rythme et le découper correctement en fonction des valeurs de notes et leur équivalence rythmique.

Comment lire le rythme au piano

Racontez-moi vos difficultés

Est-ce que cette situation vous parle ? Essayez ma méthode et dites-moi si vous avez fini par ressentir cette pulsation 🙂 Appliquez cette métohode à l’intégration d’une formule rythmique puis jouez la au piano. Voyez la différence et dites-moi si cela fonctionne pour vous.

S’il y a des détails qui ne vous semblent pas suffisamment clairs, que vous avez des doutes sur un point précis ou simplement n’arrivez pas à appliquer ces conseils, mettez moi votre question en commentaire. J’y répondrai avec plaisir 🙂

Partagez
  •  
    97
    Partages
  • 97
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *