La rééducation au piano

Vous jouez du piano et avez peut-être déjà expérimenté une gêne, des douleurs, un inconfort. Que ces derniers soient apparus avec le temps ou que vous ayez subi un traumatisme, cela peut vous orienter vers des pratiques de rééducation au piano.

Nous allons voir comment la rééducation au piano peut s’avérer utile, à travers quelques méthodes reconnues et la compréhension d’un principe de base. Je partagerai également ma propre expérience sur le sujet suite à une fracture, et des exemples d’exercices que j’applique.

rôle du cerveau et de la conscience dans le travail de rééducation au piano
Image de neurones calmant la douleur

Pourquoi la rééducation au piano ?

La rééducation au piano pour quels cas ?

On parle souvent de rééducation suite à une blessure ou un accident. On aide alors le corps à retrouver un maximum d’équilibre et de naturel dans son mouvement. La rééducation au piano peut aussi intervenir pour améliorer une gêne ou des douleurs chroniques, et plus simplement dans le cadre d’une optimisation de nos mouvements.

Ai-je une “mauvaise” position ?

Un exemple typique et courant est celui de la “mauvaise” position. Précisons tout de suite : une position est “mauvaise” lorsqu’elle empêche notre corps de se mouvoir avec aisance. Il ne s’agit pas de viser une “bonne” position comme un modèle extérieure à atteindre.

C’est donc le ressenti subjectif qui peut nous amener à vouloir changer quelque chose dans notre posture et corriger la gêne que nous ressentons, peu importe son degré ou sa nature.

Une vision holistique du corps

Cette correction se fait à travers le corps. On parle de “rééducation” car on réapprend au corps à effectuer son geste, son mouvement. Le traitement est holistique : il considère le corps dans son fonctionnement globale.

Suite à une chaîne de conséquences subtiles, changer un point A modifiera un point E ou F. Par exemple, changer une manière de tenir sa main pourrait modifier l’utilisation des muscles du dos, et donc faire disparaître ou diminuer des douleurs à ce niveau là.

Le corps et les émotions

Dans cette démarche “globale”, la thérapie prend également en compte des facteurs psycho-affectifs et émotionnels. Il est d’ailleurs aujourd’hui prouvé que les émotions influent énormément sur notre état de santé. Elles influent aussi sur la constitution de centres de douleurs ou de contractures dans le corps.

A ce sujet, je vous invite à l’ire l’excellent article du site NosPensées sur la relation entre les maux de dos et différents types d’émotions.

Au delà des douleurs et maux spécifiques, il est donc intéressant d’envisager le corps dans son ensemble comme non neutre. Ce n’est pas une machine avec des défauts à corriger, mais un être vivant avec son histoire, et ses particularités. L’idée est de l’amener vers sa meilleure réalisation en tenant compte de cette histoire.

Les raisons qui peuvent mener à la rééducation au piano

Les motifs pour se diriger vers une rééducation peuvent donc être multiples mais convergent toutes vers un même objectif : un vécu du corps plus harmonieux. Cette harmonie peut avoir pour objectif un confort, le traitement d’une gêne ou douleur, ou l’optimisation d’une performance.

La rééducation au piano : comment ?

Différentes techniques de rééducation

Il existe différentes techniques reconnues pour la rééducation du corps et de ses mouvements. Je vous propose d’en voir trois qui proposent chacune une approche différente.

Kinésiologie et travail émotionnel

La kinésiologie est un travail à partir du corps pour remonter aux sources émotionnels et affectives qui s’y sont imprimées. Libérer ces empreintes énergétiques permet au corps de retrouver sa souplesse et sa tonicité.

Toujours sur un principe holistique, le corps est considéré comme reliant les muscles, les organes, le cerveau… Et donc, en agissant sur le muscle, on peut avoir un impact sur des déséquilibres d’un autre ordre et agir sur l’ensemble de la personne.

Il existe plus de 80 formes de techniques en kinésiologie, selon ses objectifs et son orientation. Si vous voulez en savoir plus sur comment se déroule une séance de kinésiologie et les différentes formes que cette approche peut prendre, vous pouvez consulter cet article extrait de Santé Magazine.

Taï Chi et fluidité de l’énergie

Le Taï Chi est un art martial qui oriente sa pratique sur l’énergie interne de la personne. Par des mouvements spécifiques, il entraîne à une meilleure coordination et fluidité des mouvements, de la respiration, et de la circulation de l’énergie.

Des essais cliniques ont prouvé les effets positifs de cet art martial chinois sur la santé osseuse de ses pratiquants. Il améliore la santé physique et mentale. Cliquez ici pour en savoir plus sur les différents bienfaits du Taï Chi.

Le Taï Chi permet de modifier sa manière de bouger et de sentir son propre corps, en vue d’une optimisation des gestes mais aussi d’une harmonie intérieure. C’est en ce sens qu’il est pour moi un moyen de “rééducation” du corps. En effet, la fluidité des mouvements et l’orientation de l’énergie sont couramment en jeu au piano.

Méthode Feldenkrais et conscience

La méthode Feldenkrais est peut-être celle qui se rapproche le plus de l’objectif de rééducation du corps, puisqu’elle s’oriente sur la correction du mouvement. A partir des mauvaises habitudes et postures, elle propose de ré-apprendre à se mouvoir de la manière la plus efficace et positive pour notre corps.

La méthode repose sur des observations neurologiques et sur l’idée que la plupart de nos mouvements sont automatiques. Son principe fondamentale est que la conscience permet de corriger naturellement notre manière de nous mouvoir et de “gommer” les mauvaises habitudes prises depuis longtemps.

Les gestes deviennent petit à petit plus justes : sans tensions, faciles, sans douleurs. Là aussi donc, cette technique peut s’avérer très intéressante pour une rééducation au piano. Pour en savoir plus sur la méthode Feldenkrais, cliquez ici.

Principe général de rééducation

La conscience : un principe commun à chaque technique

La place de la conscience est centrale dans la méthode Feldenkrais. Le Taï Chi lui donne une place tout aussi importante de par le travail sur l’énergie interne, par la coordination et la lenteur. La kinésiologie travaille également cette conscience lorsqu’elle cherche les mémoires inconscientes du corps pour les libérer.

Le pouvoir de l’imagination sur la nature des mouvements physiques

L’imagerie cérébrale et des groupes d’études permettent aujourd’hui de montrer les effets concrets de l’imagination active sur le corps et ses mouvements. Notamment lorsqu’on constate que les zones du cerveau activés lors de l’imagination du mouvement sont les mêmes que celles du mouvement physique.

Il existe également des groupes d’études pour observer les effets de ce travail mental. Voici par exemple une conférence TEDx par Aymeric Guillot qui travaille sur l’effet de l’imagerie motrice sur la performance et la réhabilitation.

A partir de 7’20 il est question d’une étude constatant les effets réels et concrets du travail de l’imagination cérébrale chez les musiciens.

Le travail de la conscience dans la rééducation et l’apprentissage

Au delà des techniques et méthodes, la conscience joue donc un rôle déterminant dans la rééducation au piano mais aussi dans l’apprentissage.

Cette imagination active, ou cette conscience du mouvement peut aussi s’appliquer pendant le mouvement et grâce au mouvement. Ce principe général de conscience dans nos mouvements et nos pensées est non seulement un principe de rééducation au piano, mais aussi un principe d’apprentissage.

Si vous voulez en savoir plus sur les liens entre conscience et habiletés techniques au piano, lisez mon article sur la technique au piano. Vous y trouverez de nombreuses références, réflexions et témoignages autour de ces notions et des outils pour travailler votre conscience au piano.

Ma rééducation au piano

J’ai testé la méthode Feldenkrais à plusieurs reprises lorsque j’étais au conservatoire. Mais je vais partager ici ma récente séance de rééducation au piano avec une kinésithérapeute spécialisée, car davantage liée à un besoin spécifique.

Mes raisons

Douleurs et gênes dans le dos

C’est à force de douleurs dans le dos récurrentes que j’ai décidé de consulter une spécialiste, Coralie Cousin, kinésithérapeute spécialisée dans les musiciens.

Mon objectif n’était pas seulement d’espérer enlever ces douleurs par une correction de posture, mais d’acquérir plus de conscience de mes gestes et donc d’améliorer mon jeu de manière générale.

Fracture et chondrome

J’ai également vécu un micro traumatisme récemment : une fracture de l’annulaire gauche. Suite à cela, on m’a décelé un chondrome : une tumeur bénigne localisée qui fragilise l’os par du cartilage et serait donc à l’origine de cette fracture. Une opération chirurgicale est prévue pour nettoyer le doigt de cette tumeur.

Diagnostique : exercices et conscience pour ma rééducation au piano

Je pensais y aller pour mon dos, mais c’est finalement ce 4e doigt de la main gauche qui s’est avéré prioritaire. Je ne m’en étais pas rendu compte, mais depuis la fracture ma main gauche a perdu en stabilité et en équilibre sur le piano. Coralie me l’a montré en me filmant pendant que je joue. Il y a un piano dans son cabinet.

Cette instabilité de ma main gauche contribue très probablement à mes douleurs de dos par un effet de chaîne causale mécanique. L’opération à venir sera également un micro traumatisme pour ma main mais surtout pour ma manière de la penser.

Coralie m’a d’ailleurs conseillé de travailler l’imagination cérébrale sur le mouvement de ma main et de mon doigt lorsque celui-ci sera immobilisé sous attelle. La rigidification musculaire est, selon elle aussi, reliée à la rigidification de la zone cérébrale qui lui est reliée, et donc à la pensée et l’imagination au sens large.

C’est donc pour restaurer et optimiser la conscience que j’ai de mon mouvement et de ma main gauche que Coralie m’a donné quelques exercices à faire d’ici là. Je vois ces exercices comme des outils pour optimiser cette conscience.

Des exercices de rééducation au piano adaptables

1_ La chaussette de riz pour une meilleure stabilité de la main

C’est un exercice qui me semble très intéressant pour améliorer la conscience de notre main au piano et optimiser sa stabilité de manière générale. Il suffit de verser du riz dans une chaussette, environ 200-300 grammes (selon le poids qu’on veut mettre sur notre main). Faites un nœud avec l’autre chaussette pour fermer la première et créer ainsi comme un sac.

Posez cette chaussette de riz sur votre main (la gauche chez moi), et travaillez un morceau que vous connaissez en prêtant attention à la sensation sur votre main. Choisissez un morceau plutôt lent afin de travailler la conscience et de pas faire voltiger votre sac de riz. Il n’est pas là pour ajouter un poids neutre mais pour forcer la conscience à s’attacher à notre position de main.

Pour ma part, le déséquilibre s’exprimait avec une main bancale, parfois à moitié en l’air et des doigts écartés inutilement. Tous ces micros mouvements étaient des compensations de ma mémoire de déséquilibre. Ce déséquilibre est-il réel ou imaginé ? En tout cas il est inscrit dans la mémoire de mon corps, et ne corrigera que par un effort de ma conscience. Je vois qu’il est déjà en train d’évoluer grâce à cet exercice 🙂

J’en profite pour dire que la méthode Feldenkrais utilise ce genre de technique pour pousser à modifier une perception : ajouter une donnée inhabituelle dans une sensation pour en agrandir sa conscience.

2_ Travail de tenue pour une meilleure stabilité du doigt

Vous pouvez travailler l’exercice précédent pour améliorer votre stabilité de main sans problème particulier ou tout simplement pour optimiser la conscience de votre geste. De la même manière, vous pouvez travailler cet exercice selon votre besoin.

En ce qui me concerne, il s’agit de la stabilité de mon 4e doigt main gauche. La stabilité des doigts individuels est un travail technique “classique” au piano. Le 4e doigt est de plus un doigt moins solide à la base, vous pouvez donc appliquer directement le même exercice. Mais vous pouvez aussi l’appliquer à n’importe quel doigt.

Cet exercice est très simple. Mettez votre main sur une position Chopin (Mi – Fa# – Sol# – La# – Si). Jouez le 4e doigt, maintenez le tenu et jouez alternativement deux autres doigts situés de chaque côté de la main. Comme on a pris le 4e doigt, le seul qui reste du côté extérieur de la main est le 5e, l’autre doigt est à choisir entre pouce, 2 ou 3.

Pour en savoir plus sur la position Chopin, cliquez ici.

Ce travail est un travail sur le ressenti de l’équilibre du poids et de l’énergie transféré par la main dans chacun des doigts. Le 4e doigt joue le rôle de pivot par lequel l’énergie passe chaque fois. Plus ce passage est fluide, plus le son est harmonieux.

Attention à ne pas appuyer vers le bas avec votre doigt pivot tenu. Celui-ci doit maintenir le poids naturel de votre bras sans exercer de pression supplémentaire.

3_ Exercices de tenue chez Brahms : partition et vidéo

J’ai appliqué les principes et conseils de l’exercice précédent à un exercice de Brahms dont l’objectif me semble être le même. L’exercice est plus complet car il mobilise tous les doigts. Je le fais lentement, en conscience, pour travailler ma sensation.

Cliquez ici pour accéder au pdf de la partition.

Les exercices 15 à 16c sont des exercices de tenue de doigt. Mais je n’applique pour l’instant que le 16a, étant le plus adapté à mon besoin (tenue du 4e doigt).

Voir ici la vidéo où je présente l’exercice et donne quelques conseils pour bien le travailler.

Conclusions sur la rééducation et la conscience

J’espère vous avoir donné envie de prendre soin de votre conscience au piano. Non seulement pour corriger des tensions et des mauvaises habitudes, mais aussi pour optimiser vos résultats et votre plaisir.

Je continue à croire, à vérifier et à expérimenter cette place prépondérante et créative de notre pensée dans nos réalisations. Que l’on parle d’imagerie mentale, d’imagination active ou de conscience, il s’agit chaque fois de se ré-approprier des parties de notre être.

La conscience a quelque chose de magique. Il suffit parfois de poser notre attention sur quelque chose pour que cette chose se modifie et évolue. C’est d’ailleurs le principe de la méditation…

Et vous, avez-vous pratiqué de la rééducation ? Y songez-vous ? Faites-vous différentes pratiques conscientes au piano ?

Partagez
  •  
    55
    Partages
  • 55
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *