Comment bien lire une partition au piano

Que vous sachiez déjà lire une partition approximativement ou que vous débutiez totalement, cet article peut vous intéresser 🙂 Je vais clarifier le fonctionnement des clés sur une partition pour vous aider à retrouver les notes sur le piano.

Mon but étant que le principe vous semble suffisamment clair pour que vous puissiez pratiquer efficacement. Ainsi vous pourrez débuter la lecture ou améliorer celle-ci selon votre niveau. Découvrez également trois conseils pour améliorer la vitesse de lecture pour les plus avancés 🙂

Comment bien lire une partition au piano

Lire une partition et déchiffrer : des pratiques complémentaires

Dans cet article, je vais donc vous donner les bases pour apprendre à lire une partition, ou éclaircir votre méthode si celle-ci vous paraît incertaine ou peu efficace.

Je précise d’emblée que je ne parlerais pas trop de déchiffrage, qui est l’acte de jouer au piano tout en lisant sa partition. Évidemment, cette pratique est complémentaire.

Si vous souhaitez des conseils sur le déchiffrage, je vous conseille de lire l’article suivant : 3 techniques pour améliorer le déchiffrage au piano.

Ici, je vais vraiment aborder les bases théoriques de lecture pour éclaircir le sujet auprès d’un maximum de lecteurs. Assurez-vous que ces notions sont suffisamment claires avant d’aller plus loin.

Ainsi votre déchiffrage, même s’il nécessite des méthodes et pratiques spécifiques comme celles conseillées dans le lien ci-dessus, n’en sera que plus efficace !

Lire une partition : compréhensions de base

1. Valeur de note et nature de note

Avant, tout il ne faut pas confondre la valeur de la note et sa nature. C’est-à-dire la question “quelle est cette note ?” et “combien de temps dure-t-elle” ?

Le dessin de la note, selon qu’elle est blanche, noire, ronde ou croche n’a pas d’impact sur sa nature mais seulement sur sa valeur. On parlera alors de rythme.

Pour un petit rappel sur les valeurs de notes et leurs dessins respectifs, je vous invite à lire le début de mon article : Comment lire le rythme au piano.

Pour savoir de quelle note il s’agit (un Do, un Ré, etc.), il s’agira simplement de sa position sur les lignes de votre partition.

J’en profite pour rappeler également que la direction de la hampe (petite barre qui part de la note vers le haut ou vers le bas) n’a aucune incidence, ni sur sa durée ni sur sa nature.

2. Sens de lecture pour lire une partition

Voici le fonctionnement basique de la lecture sur partition : chaque fois que vous montez d’un espace sur la partition, vous montez d’une note sur votre piano.

Ainsi le sens VERTICAL sur votre partition correspond au sens HORIZONTAL sur votre piano.

Plus les notes montent sur votre partition, plus vous irez à droite sur votre piano. Plus les notes descendent sur votre partition, plus vous irez à gauche sur votre piano.

Vocabulaire : haut/bas droite/gauche

On appelle d’ailleurs la gauche du piano le “bas” du piano, et la droite, le haut. On dit qu’on va vers le haut ou vers le bas, plutôt que vers la droite ou vers la gauche.

Cela correspond aussi à la hauteur des sons ! Plus un son est aigu plus il est haut, plus il est grave, plus il est bas. Etc.

3. La gamme de DO

Vous avez tous déjà entendue cette suite de note : DO, RÉ, MI, FA, SOL, LA, SI, DO. Il s’agit d’une gamme de Do majeur.

C’est cette suite qui constituera votre premier outil pour retrouver les notes sur votre partition. Voici à quoi pourrait ressembler cette suite sur votre partition :

Lire une partition : gamme do Do majeur en clé de Sol

Observez que chacune des notes peut se situer soit DANS un interligne, soit SUR une ligne.

Grâce à cette suite, vous allez pouvoir “compter” vos notes vers le haut ou vers le bas. Vous devrez donc apprendre cette suite dans le désordre également 🙂

Vocabulaire : notes côte à côte, conjointes et intervalle de seconde

Les notes qui sont côte à côte sont dites “conjointes“. L’intervalle qui les sépare, c’est-à-dire la distance, s’appelle une seconde.

Car l’on compte le point de départ comme 1 (et non 0), ainsi celle juste à côté, vers le bas ou vers le haut, sera la 2e, autrement dit la seconde.

4. Lire une partition sur deux portées : clé de Sol et la clé de Fa

Vous avez sans doute remarqué que votre clavier comportait un certain nombre de notes (88 pour être précis, en comptant les touches noires).

Or, si vous comptez toutes le notes que l’on peut caser dans la portée de votre partition (l’ensemble des lignes), et ceci même en ajoutant 1, 2 ou même 3 lignes supplémentaires vers le haut comme vers le bas, on est loin d’arriver à 88 !

C’est une des raisons pour laquelle nous disposons de deux clés différentes : la clé de Sol et la clé de Fa.

En effet, la clé de Fa va situer des notes directement plus bas sur votre piano, tandis que la clé de Sol s’occupera davantage du haut du piano. Ainsi l’étendue de votre clavier peut plus facilement être représentée avec l’ensemble des deux clés.

Lire une partition sur deux portées : clé de Sol et clé de Fa

En pratique : portées et clés

Concrètement, la portée du haut est pour la main droite, la portée du bas pour la main gauche.

Comme la plupart du temps, votre main gauche joue plutôt grave et votre main droite plutôt aiguë, la portée du bas sera la majorité du temps en clé de Fa et la portée du haut en clé de Sol.

Mais si le compositeur veut que vous jouiez les deux mains assez graves, il peut très bien écrire la portée du haut en clé de Fa, et vice versa, vous me suivez ? 🙂

En résumé la portée indique quelle main jouer, la clé indique la hauteur de la note sur le piano.

Lire une partition : retrouver les notes

1. 3 Notes repères

Ça y est, on y est, vous allez pouvoir commencer à lire une partition !

Pour ce faire, je vais vous proposer 3 notes repères que vous allez apprendre par cœur. A partir de ces notes qui seront vos repères, vous pourrez “compter” pour retrouver toutes les autres notes.

Je vous montre d’abord ces 3 notes repères et vous montre comment les mémoriser facilement. Ensuite nous reparlerons du comptage avec des exemples.

Lire une partition : 3 notes repères

Nous avons donc deux “clés”. La première entourée en rouge est la clé de Sol. La seconde, en vert, une clé de Fa. Chacune de ces clés indiquent des notes à différents endroits de votre clavier. Cela nous en avons déjà parlé.

Le Do du milieu : repère central pour vos deux mains

Les deux notes entourées en jaune correspondent à la même : il s’agit d’un DO. C’est le Do “du milieu” car c’est celui qui se trouve à peu près au centre de votre piano, face à la marque de ce dernier.

Je vous suggère de le penser comme un point de rencontre entre clé de Sol et clé de Fa pour faciliter votre compréhension au départ. Mais en réalité rappelez-vous : les deux clés se prolongent l’une l’autre, il n’y a donc pas de note pivot spécifique.

Ce choix s’explique car c’est une note utile et facile à mémoriser. D’abord, elle vous sert de repère central sur votre piano. Ensuite, la symétrie des deux DO sur votre partition (correspondant au même DO sur votre piano) facilite sa mémorisation. En effet, en clé de Fa, cette note se situe une ligne au-dessus de la portée, en clé de Sol, une ligne en-dessous.

Le Sol de clé de Sol et le Fa de clé de Fa

Voyez les deux autres repères. D’abord le Sol de clé de Sol. Remarquez la ligne que j’ai tracée en rouge qui part de la croix tracée par le croisement entre la boucle du dessin et la ligne de la portée. La note se situe précisément à cette intersection, SUR cette ligne. Et elle porte le même nom que la clé : SOL ! Magique non ?

En suivant, exactement la même logique, remarquez la ligne qui part de la petite boule du dessin de clé de Fa, pile entre ses deux points. La note située SUR cette ligne porte le même nom que la clé : FA !

2. Formule récapitulative pour lire une partition

Vous allez donc vous servir de ces repères pour retrouver n’importe quelle autre note, en comptant vers le haut ou vers le bas.

La formule récapitulative pour lire vos notes sur la partition pourrait se résumer ainsi : repères + gamme de DO + compter vers le haut ou vers le bas.

Exemple

A gauche vous avez une série de notes clé de Sol et clé de Fa. A droite vous avez les mêmes séries avec les repères entourés en couleur. Le but bien sûr est que vous vous en souveniez par vous-même 😉

Exemple en clé de Sol

Commençons par la série de notes en clé de Sol. On a donc un Sol en premier, entouré en rouge.

La note suivante est conjointe, c’est à dire juste à côté. Elle est située en dessous. Il faut donc “compter” vers le bas en partant de Sol. Dans notre gamme de Do, la note située juste avant Sol est un FA. C’est donc un Fa. On continue.

La troisième note est la même que la première. Sol donc.

La dernière est à nouveau une note repère, c’est le Do.

Exemple en clé de Fa

Voyons maintenant d’autres possibilités avec cette deuxième série de notes, en clé de Fa cette fois.

La première est notre note repère : DO.

La deuxième est située à DEUX INTERVALLES de notre Do, VERS LE BAS. Prenons notre gamme de DO que vous connaissez par cœur, à l’endroit comme à l’envers 😉 On cherche DEUX NOTES derrière Do, on trouve alors LA. C’est donc un LA ici. Vous pouvez aussi compter “DO – si – LA”.

La troisième note est à nouveau une note repère. Il s’agit du Fa.

Enfin, en dernière note, nous avons un MI puisqu’on est juste en dessous de FA.

Trois conseils pour lire une partition plus rapidement

Cela vous paraît fastidieux ? Cela dépend de la quantité de notes que vous voulez lire et de la difficulté de la partition que vous abordez.

Mes conseils précédents servent de BASE et peuvent être parfaitement adaptés pour un débutant qui aura des morceaux simples à jouer.

Dans tous les cas, cela demande un certain temps avant de “manier” la technique (connaître les repères + compter rapidement à l’endroit et à l’envers), mais cela fonctionne très bien ensuite 🙂

Prenez donc le temps et la pratique pour mémoriser les notes repères et lire des notes. Vous verrez qu’on peut même trouver ça amusant. C’est comme un code à décoder.

Une fois que tous ces éléments sont maîtrisés, alors vous pouvez aller plus loin. Pour cela je vais vous donner trois conseils pour accélérer votre lecture.

Conseil numéro 1 : deux repères supplémentaires

Oui je sais ça casse pas des briques comme conseil, mais c’est à mon sens la première étape pour aller plus loin : avoir d’autres repères. Et notamment deux repères, à la fois très utiles et très faciles à mémoriser.

Lire une partition : repères supplémentaires

Utilité des 3 repères par clé (dont un commun)

Pourquoi deux autres repères ? Remarquez le nombre de notes que vous auriez dû compter pour arriver jusqu’à l’extrémité de vos portées respectives. Cela prendrait du temps, de l’énergie, et vous donnerait l’occasion de vous perdre en route.

C’est donc très utile de quadriller vos portées ainsi : un repère en bas, un pas loin du centre, et vers le haut.

Facilité grâce à la symétrie

A nouveau, la symétrie aidera grandement à mémoriser ces deux nouveaux repères, surtout au regard des repères appris précédemment.

En effet, remarquez tout d’abord que chacun de ces nouveaux repères se situe précisément SUR la dernière ligne de chaque clé. Pour la clé de Sol, la dernière ligne du haut, pour la clé de Fa, la dernière ligne du bas.

Pensez ensuite le couple FA / SOL. En clé de Sol, nous avions notre repère SOL. Nous allons donc chercher le Fa, de l’autre côté tout en haut. Inversement, en clé de Fa, nous avions notre repère FA, nous allons donc chercher le Sol, de l’autre côté tout en bas.

Plus loin : lecture relative / lecture absolue

On parle de lecture “relative” lorsqu’on lit en comptant, et de lecture “absolue” lorsqu’on connaît par cœur les notes. Selon moi le mieux est de combiner les deux.

Pour commencer vous connaîtrez peu de notes par cœur (les repères proposés par exemple) et compterez beaucoup. Petit à petit vous mémoriserez plus de notes par cœur. Cela peut aussi être un autre choix de méthode.

Conseil numéro 2 : compter en tierce

Une fois que vous avez intégré ces nouveaux repères et que vous savez compter sur votre gamme de DO relativement vite et bien, à l’endroit comme à l’envers, vous voilà prêt pour compter en tierce !

Qu’est-ce que cela veut dire ? Rappelez-vous, un peu plus haut dans l’article, je vous ai parlé de vocabulaire. De DO à RÉ il s’agit d’un intervalle de SECONDE. C’est avec cet intervalle que vous avez compté ou cherché vos notes jusqu’ici.

Vous allez maintenant apprendre à vous servir d’un intervalle légèrement plus grand, qui fait le double : la tierce. De Do à MI, nous avons une tierce par exemple.

Apprenez donc à compter en tierce, vers le haut comme vers le bas, et vous lirez beaucoup plus vite votre partition.

Avantage de vitesse mais aussi de visibilité

Cela vous permettra de compter plus vite la distance entre les notes évidemment. Mais c’est aussi une échelle de mesure facile à VOIR sur la portée.

J’ai déjà expliqué cette lecture en tierce en détails avec des schémas dans l’article suivant que je vous invite à lire si ce n’est pas encore fait : 3 techniques pour améliorer le déchiffrage au piano.

Lecture par intervalles

Dans l’article sur le déchiffrage en lien ci-dessus, je détaille davantage la lecture par intervalle et ses avantages. Ici, je vous donne des conseils généraux et vous propose de vous concentrer sur les tierces, ce qui est déjà très bien.

Mais tout comme pour la lecture relative et absolue, rien ne vous empêche de décider d’apprendre à lire les autres intervalles également ! Par soucis d’efficacité et de simplicité, je vous conseille cependant de suivre ce que je vous propose dans cet article 🙂

Conseil numéro 3 : lire des groupes de notes “d’un coup”

Pourquoi ?

Parce que cela force le cerveau à mémoriser les notes entre elles, et accélérera considérablement votre vitesse de lecture.

J’en profite pour le dire et le redire : chaque chose en son temps, une étape à la fois. Ne faites pas cela si vous avez du mal avec les étapes précédentes.

En même temps cela permettra à ceux qui ont eu la patience de lire jusqu’ici mais qui ne se sentent pas tellement concernés par les étapes précédentes d’avoir quelque chose à se mettre sous la dent 😉

Comment ?

Pour ce faire, vous allez vous entraîner à lire des accords. C’est à dire des groupes de notes à la verticale.

La méthode est la suivante : regardez l’accord que vous souhaitez lire suffisamment longtemps pour mémoriser le dessin et l’emplacement des notes, mais détournez le regard avant d’avoir pu trouver ces notes.

Travaillez ensuite avec la mémoire visuelle de l’accord pour y chercher/compter les notes. Lisez toujours de bas en haut. Nommez les ensuite à voix haute. Puis vérifiez.

Changez d’accord, recommencez, etc.

Et c’est tout ?

OUI ! La dernière méthode est vraiment très efficace. Et une fois que vous savez lire tout un groupe de note à la verticale, vous saurez tout aussi bien les lire à l’horizontale 😉

Évidemment, il y a tout un tas d’autres techniques de lecture de notes plus ou moins avancées. L’idée ici était de vous proposer un panel général partant de 0 afin de vous donner les outils pour avoir une bonne voire très bonne lecture de note. Ce qui, si vous pratiquez tous ces conseils patiemment, méthodiquement et régulièrement, devrait être bientôt le cas 🙂

Coaching Individuel

Si vous le souhaitez, vous pouvez également faire appel à moi pour du coaching individuel. Pour en savoir plus et me faire part de votre projet musical, cliquez ici

Partagez
  •  
    122
    Partages
  • 122
  •  
  •  
  •  

2 réponses sur “Comment bien lire une partition au piano”

    1. Bonjour Marjo 🙂

      Merci beaucoup pour ton commentaire. Je suis ravi que mes explications te soient suffisamment claires, c’est mon désir avec ce blog !
      Quelle réponse cherchais-tu ? Quelle aurais été ta question ?

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.